HomePage
e-mail

Vos Commentaires
Copyrights®

Graphics Farm

 BuonAppetito.net

I SCREAM, YOU SCREAM : "EVERYBODY WANTS AN ICE CREAM !
Les glaces
LE RETOUR DE MARCO POLO



Glaces, sorbets, cassata, bombes glacées... Voilà des définitions qui mettent l'eau à la bouche. Une telle diversité d'appellations démontre bien la grande richesse des produitMiam, miams glacés. Mais comment sont-ils arrivés sur nos tables ? Nous allons faire ensemble le tour des palais des glaces.
Bien avant notre ère, les Arabes et les Chinois avaient déjà goûté au plaisir des boissons glacées. De même, ils fabriquaient des entremets glacés.
Vous imaginez les difficultés qu'ils rencontrèrent pour la fabrication de ces boissons ou mets, ne fusse que pour le transport de la neige ou de la glace venue des montagnes.
A l'ère des Grecs et des Romains, les aristocrates se régalaient de ces préparations. Leur succès fut si vif qu'ils firent construire des caves spécialement aménagées pour la conservation de la glace !
Néanmoins, il faut attendre le XII siècle pour que le célèbre navigateur Marco Polo (encore lui !) revienne en Italie avec une recette de crème glacée qu'il avait dégusté à la cour de Gengis Khan.
Les glaces italiennes étaient nées !?!

 
IL N'Y A PAS DE MIRACLE
Dans un contexte industriel, d'où est issue la grande majorité des produits glacés, on peut être presque certain quant à leurs propriétés (je n'ai pas dit qualités). Puisque les lois qui les régissent sont assez strictes dans les définitions, les composants etc.
Nous savons tous que, nonobstant les lois, les directives et autres, si on veut retrouver les goûts d'antant, pour ceux qui les ont connus, il n'y a rien de mieux qu'un bon produit artisanal.
Inimitables et relativement faciles à réaliser, les glaces faites à la maison requièrent malgré tout certaines précautions. La plus importante étant d'observer une hygiène stricte, car les produits laitiers sont très sensibles à la prolifération de bactéries.
Il va de soi que le choix de produits de qualité tient une place importante. Il n'y a pas de miracle, on ne peut pas obtenir d'excellents résultats à partir de produits médiocres. Soyez donc vigilants.
De manière générale, on obtient une glace par congélation d'un mélange pasteurisé de lait, de crème et de sucre, parfumé aux arômes naturels, aux fruits et aux épices. Il est également possible d'employer des oeufs. En ajoutant ou en remplaçant certains produits, on obtient, selon le cas, une crème glacée, un sorbet, une granita, etc. Si vous utilisez de l'eau (pour le sorbet ou la granita) elle sera strictement potable !
Si vous ne possédez pas de matériel spécifique, vous pouvez vous servir de moules métalliques, excellents conducteurs de froid, en prenant soin de mélanger régulièrement avec une fourchette pour éviter la formation de paillettes lors de la prise en glace. Bien sûr, il est préférable de se servir d'une sorbetière, qui est peu onéreuse et dont l'on obtient de très bon résultats. On prévoira la congélation de celle-ci.
Enfin, si vous avez la manie des produits glacés, l'achat d'une turbine à glace est à envisager. En effet, cet appareil étant autonome, rapide et presque professionnel, vous fournit de la glace presque instantanément (± 15 minutes). Ça demande tout de même un certain investissement.
Pour conclure, ne conservez jamais vos glaces plus d'un mois ou deux, car elles risquent de vous décevoir. Prévoyez plutôt des fruits à congeler que vous sortirez par petites quantités au moment de la confection de vos glaces.

La température extérieure n'influe pas sur le plaisir de manger des glaces. Les Scandinaves en consomment 14 litres par personne et par an. La Belgique se classe dans la moyenne européenne avec environ 8 litres.Au XVIe siècle, une bonne partie de l'Italie (noblesse et bourgeoisie) appréciait déjà le goût délectable des glaces.
C'est le mariage de Catherine des Médicis à Henri II qui fît connaître à la France le plaisir de la crème glacée. En effet, Catherine de Médicis amena dans son trousseau ses propres cuisiniers lesquels, par la suite, furent les précurseurs de ce qu'est aujourd'hui la cuisine française.
Quant au reste de l'Europe et du monde, ce n'est qu'un siècle plus tard que les premiers "gelatai" commencèrent à s'installer un peu partout. La crème glacée venait de se démocratiser pour le plus grand bonheur du peuple.


Retour au début de la page